Participez à notre forumNous contacter par emailVersion thaieVersion anglaise




Onlychaam.com > Thaïlande > Culture

Thaïlande : informations générales

Culture thaïe

Les touristes qui visitent la Thaïlande ont généralement un aperçu de la culture thaïe en visitant des temples, en expérimentant la cuisine locale, délicieusement pimentée (!), en assistant à des matchs de boxe ou en allant à la rencontre des tribus montagnardes grâce à des treks organisés. Nous allons essayer de vous donner quelques éléments d'informations sur ces sujets, c'est-à-dire la religion, la nourriture et les sports, et nous parlerons aussi des superstitions, des traditions, de la musique, du cinéma et de la télévision.


 

Nous vous recommandons également la lecture de ces pages :
 Comment se comporter en Thaïlande (à faire et à ne pas faire)
 Calendrier des fêtes traditionnelles et jours fériés
 Diversité ethnique en Thaïlande


Religion

Près de 95% de la population thaïe est composée de bouddhistes theravada, tandis que la minorité musulmane, surtout présente dans le Sud, représente 4,6%. Le bouddhisme en Thaïlande est très influencé par les croyances traditionnelles en différents esprits, ceux de la nature et des ancêtres. Ces croyances ont été intégrées à la cosmologie bouddhiste.

Les dates des jours les plus importants pour aller au temple dépendent du calendrier lunaire. Les Thaïs se rendent au temple à l'occasion des fêtes bouddhiques, ou pour le jour de leur anniversaire, ou bien lorsque des cérémonies sont organisées (ordination ou crémation). Quand ils vont au temple, ils allument une bougie et prient, et font des offrandes aux moines.

Généralement, les hommes thaïs prennent la robe une fois dans leur vie, pour une durée de trois mois à l'époque du carême bouddhiste. Ils le font aussi à l'occasion d'un décès dans la famille, s'il s'agit d'un parent ou grand-parent par exemple. Dans ce cas la durée n'est que d'une ou deux semaines.

Dans toutes les maisons thaïes, il y a un petit autel avec une statue de Bouddha, placée en hauteur, face à l'est. Les gens prient et font des offrandes, en général une fois par semaine. A l'extérieur de la maison (mais aussi de tous les bâtiments : bureaux, hôtels...), il y a des petites "maisons des esprits" où l'on place également des offrandes, pour protéger le lieu des esprits.

Superstitions

La plupart des Thaïs sont très superstitieux. On s'en rend compte dès la descente de l'avion, dans le taxi qui nous emmène en ville, car il y a inévitablement des amulettes qui pendent du rétroviseur et des petites statues de Bouddha collées sur le tableau de bord. Chacun sa vision de la sécurité routière !

Les Thaïs aiment consulter des voyants, et ils vont aussi au temple demander des conseils aux moines. Ils pensent qu'il y a un bon jour pour tout : un bon jour pour acheter une voiture, un bon jour pour construire une maison, ou un bon jour pour accoucher. Les moines leur conseilleront un jour favorable, et même la couleur de la voiture le cas échéant. Certaines femmes vont même jusqu'à vouloir connaître la meilleure date pour accoucher, et elles prennent ensuite rendez-vous pour une césarienne ce jour-là.

Les Thaïs fêtent très peu les anniversaires, mais ils savent tous quel jour de la semaine ils sont nés. S'ils sont nés un lundi, leur couleur sera le jaune et peut-être qu'ils ne s'entendront pas bien avec quelqu'un né un mercredi. Et il ne serait pas bon d'être incinéré un lundi, etc. L'année compte également (se sont les années de l'horoscope chinois : rat, tigre, etc.).

Les nombres ont également une signification, ainsi que l'interprétation des rêves. Si les Thaïs rêvent d'un chiffre ou qu'ils pensent voir apparaître un chiffre dans les volutes de fumée lors d'une crémation, vous pouvez être sûr qu'ils vont se précipiter sur un ticket de loterie !

Pour ce qui est de la maison, les Thaïs respectent une sorte de Feng Shui, ce qui veut dire que les différents éléments de la maison ne peuvent pas être placés n'importe où. L'entrée de la maison doit être à l'est, les salles de bain à l'ouest ou au sud, deux portes ne peuvent pas se faire face, un escalier doit avoir un nombre de marches pair, etc.

Noms et surnoms

A la naissance, les Thaïs reçoivent un prénom mais également un surnom. C'est par le surnom qu'ils s'appellent dans la vie de tous les jours, le vrai prénom n'étant utilisé qu'à l'école et dans toutes les circonstances officielles, ainsi que sur les documents administratifs. Il arrive fréquemment qu'on ait des amis dont on connaisse le surnom, mais dont on ne découvre le prénom que tardivement ou par hasard. Généralement les surnoms sont courts et la plupart ont une signification, qui peut être "petit", "poisson", "étoile"... Tout est possible, à tel point qu'on trouve aussi des Benz, des Fifa, des Apple... Eh oui, les Thaïs aussi ont leurs "Kevins" !

Le prénom peut par ailleurs être changé, tandis que le surnom est conservé toute sa vie. Les Thaïs peuvent changer de prénom s'ils souhaitent adopter un nouveau départ dans leur vie, sous des conditions plus favorables. C'est alors les moines, bien entendu, qui choisissent un prénom de bon augure. L'administration s'en accommode facilement et le "certificat de changement de nom" (bai plian chew) fait partie des documents essentiels, comme le certificat de naissance ou le livret de famille (tabien ban).

Cérémonies

Mariage

Il existe en Thaïlande un mariage civil et un mariage religieux. Le mariage civil (chot tabien) n'est qu'une simple formalité à la mairie, sans invités ni cérémonie, avec simplement deux témoins et quelques formulaires à signer. Pas de discours non plus, on se voit simplement remettre un papier fleuri faisant l'effet d'un diplôme, et une photocopie certifiée de l'acte de mariage. Le vrai mariage, celui qui compte, c'est le mariage religieux, car c'est lui qui va permettre d'officialiser une relation aux yeux de tous. Il arrive assez fréquemment que des jeunes se marient religieusement, et se séparent quelques années après sans autres formalités, car ils ne sont pas passés par la mairie.

La cérémonie de mariage dure généralement une journée, commençant chez la mariée par une cérémonie matinale en présence de moines qui récitent des prières et reçoivent des offrandes. De l'eau bénite peut être mélangée avec de la cire et d'autres herbes et onguents pour faire des marques sur le front des mariés. Les amis et la famille sont ensuite invités à bénir le couple et à prendre des photos. L'après-midi, la mariée rend visite à la famille du marié et présente ses respects. Le soir, tout le monde est invité au repas et les nouveaux mariés regagnent ensuite leur chambre où les parents leur souhaitent leurs meilleurs vœux.

Le déroulement de la cérémonie peut varier selon la région où elle a lieu, ou selon le statut social des familles.

Traditionnellement, il est attendu que le marié apporte une dot à la famille, en guide de compensation et pour montrer qu'il est capable de prendre en charge la mariée financièrement. Parfois la somme est symbolique et est rendue aux mariés après le mariage.

Bien entendu, si vous avez lu notre paragraphe sur les superstitions, vous savez déjà qu'il convient de consulter un moine qui fixera une date favorable pour le mariage.

Funérailles

Les funérailles peuvent durer jusqu'à sept jours, en fonction du jour fixé pour la crémation. La dépouille repose à l'extérieur de la maison, dans un cercueil climatisé entouré de fleurs et de couronnes. Les gens qui arrivent brûlent un bâton d'encens et se recueillent. Des moines viennent tous les jours, le matin et le soir, pour réciter des prières et recevoir des offrandes. Des membres de la famille proche restent pour aider à préparer à manger pour les invités qui viennent pour le déjeuner ou le dîner. Pendant la nuit, les hommes veillent pour tenir compagnie au défunt, en buvant de l'alcool et en jouant aux cartes. Il est normalement illégal de jouer aux cartes en Thaïlande, mais il y a une tolérance lors des funérailles. Etonnamment, l'atmosphère peut parfois sembler heureuse et détendue, car les Thaïs pensent que le défunt a plus besoin de joie que de tristesse.

Le dernier jour, après une prière avec tous les membres de la famille proche, on prend des photos devant le cercueil. Le cercueil est ensuite porté au temple, où a lieu la crémation. De retour à la maison, après une dernière prière, le moine bénit la famille, la maison et même les véhicules. Les cendres sont soit gardées dans un chedi au temple, ou dans une urne à la maison.

Tout comme la description que nous avons donnée du mariage, le déroulement de la cérémonie peut varier selon les habitudes locales.


Devant la maison.

Au temple.

Les Chedis (stupas) au temple.

Prières au temple avant la crémation.

Juste avant la crémation, on présente ses derniers respects.

Les fleurs et les couronnes sont enlevées, et le corps est brûlé.

La nourriture thaïe

 Voyez également : les restaurants à Cha-Am

La nourriture thaïe est épicée, aigre et douce. Le riz est l'élément de base de la cuisine thaïe, tout comme pour la plupart des cuisines asiatiques. Le riz cuit à la vapeur est accompagné de currys goûteux et parfumés, de plats sautés incorporant parfois de grandes quantités de piments, jus de citron et citronnelle. Les nouilles, connues en Asie du Sud-Est sous leur nom chinois "kwaytiow" sont également appréciées et constituent souvent un plat à part entière, comme le pad-thai sauté ou la soupe de nouilles.

Nam pla, une sauce de poisson forte en goût, et la pâte de crevette alliée à du sel et des crevettes moulues sont des ingrédients très utilisés. Nam prik désigne de la sauce ou de la pâte de piment. La préparation se fait en écrasant au pilon des piments avec de nombreux ingrédients tels que l'aïl et la pâte de crevette. On le sert souvent avec des légumes, par exemple des concombres, des choux et des haricots-kilomètre (longs haricots verts) crus ou blanchis. Les légumes sont trempés dans la sauce et mangés avec du riz.

La noix de coco est l'ingrédient principal des desserts, notamment le lait et la chair râpée.

Comme la nourriture thaïe est parfois longue à préparer, les Thaïs ont l'habitude de manger dehors autour de petites échoppes. A l'heure du déjeuner, on peut voir des employés en costume cravate ou tailleurs déjeuner sur le trottoir, assis sur des tabourets en plastique. La nourriture est très bon marché et parfois étonnamment bonne. La plupart des stands ne posent pas de problèmes en termes d'hygiène. Les meilleurs sont souvent ceux où l'on voit le plus de monde.

On mange généralement avec une cuillère et une fourchette, pas avec des baguettes (sauf pour les soupes de nouilles).

 En savoir plus sur les bonnes manières à table


Plats célèbres

Khao pad - Un des plats les plus communs, le riz frit à la thaïe. Généralement avec du poulet, du bœuf, des crevettes, du porc, du crabe ou de la noix de coco ou de l'ananas, ou encore végétarien.
Khao tom - Une soupe de riz de style chinois, généralement avec du porc.
Pad thai - Des nouilles de riz sautées avec de la sauce de poisson, du sucre, du jus de citron ou de la pulpe de tamarin, des morceaux de cacahuètes et des œufs, accompagnées de poulet, fruits de mer ou tofu.
Pad kaphrao - Du bœuf, du porc ou du poulet sauté avec du basilic thaï.
Tom yam - Une soupe pimentée et aigre. Avec des crevettes on l'appelle Tom yam koong, avec des fruits de mer (généralement crevette, calamar, poisson) Tom yam talae, avec du poulet Tom yam kai.
Tom kha kai - Une soupe pimentée et douce avec du poulet et du lait de noix de coco.
Yam wun sen - Une salade de nouilles avec du poulet ou des fruits de mer.
Keng phet - Un curry rouge avec beaucoup de piments rouges séchés.
Keng khiew-waan - Curry vert fait de piments verts frais et parfumé au basilic thaï, avec du poulet ou des boulettes de poisson. C'est un des currys thaïs les plus pimentés.
Som tam - Salade de papaye râpée pilée dans un mortier. Il y a trois variantes principales : Som tam poo avec du crabe noir salé, Som tam thai avec des cacahuètes, des crevettes séchées et du sucre de palme, et Som tam plara du nord-est de la Thaïlande (Issan) avec du poisson salé, des aubergines blanches, de la sauce de poisson et des haricots-kilomètre.
Larb - Une salade aigre garnie de menthe et contenant de la viande hachée, des oignons, des piments et de la poudre de riz grillée.
Khao niao ma muang - Riz gluant et mangue mûre.

On trouve aussi de la nourriture occidentale (et chinoise, indienne ou japonaise) dans toutes les grandes villes et les destinations touristiques.

Comment commander de la nourriture pas (trop) pimentée

Il arrive très souvent que des touristes en Thaïlande commandent de la nourriture non pimentée (ils précisent alors "not spicy", ou "mai phet" en thaï), mais on les voit pleurer ou sauter au plafond dès la première bouchée. Il y a deux raisons à cela : d'une part, en thaï, "non pimenté" ne signifie pas "absence de piments", mais "qui ne brûle pas". Or notre seuil de tolérance et le leur n'a rien à voir, habitude oblige. Pour être sûr de l'absence de piments, il faut donc spécifier "mai sai prik leuy" (ne mettez pas du tout de piment). Deuxième raison, même si votre plat ne contient pas de piments, il sera préparé dans un "wok" qui à lui seul peut suffire à transmettre un goût pimenté. Enfin, il se peut aussi que la serveuse n'ait pas tenu compte de votre souhait, ou l'ait oublié sur le long chemin qui conduit à la cuisine. Mais ne vous inquiétez pas outre mesure, les restaurants qui ont l'habitude de recevoir des touristes étrangers savent généralement éviter de mettre du piquant dans votre assiette.

Pour plus de conseils sur la façon de commander de la nourriture (nom des plats en thaï et en anglais, conseils pour les végétariens, phrases utiles pour les personnes allergiques, etc), nous vous recommandons de télécharger et imprimer le menu pour les voyageurs de Chanchao (en anglais)


Arts et artisanat

Les arts visuels thaïs furent tout d'abord liés au bouddhisme. En architecture, la première forme d'art, on trouve des styles variés : siamois, mais aussi khmer, mon et lao. La Thaïlande est aussi célèbre pour ses sculptures, le Bouddha couché du Wat Po à Bangkok étant l'une des statues de bronze parmi les plus massives. L'art thaï contemporain allie souvent des éléments traditionnels et des techniques modernes.

 En savoir plus sur les produits de l'artisanat thaï (textile, tissus, robes mais aussi nourriture et boissons)


La danse et la musique

Danse thaïe

La danse est une forme d'expression essentielle en Thaïlande. Les spectacles de danse classique thaïe comprennent les Khon, Lakhon et Fawn Thai. Les danses populaires se composent de théâtre dansé comme le Likay, de nombreuses danses régionales (Ram), une danse rituelle (Ram Muay) et un hommage aux professeurs, Wai Kru. Ram Muay et Wai Kru sont présentés avant les matchs de boxe thaïe.

Le Khon est la forme la plus stylisée de danse thaïe. Présenté par des troupes de danseurs muets, l'histoire est racontée par un chœur sur le côté de la scène. Les chorégraphies et les costumes sont traditionnels, avec des démons portant des masques colorés.

Le Lakhon présente une gamme plus large d'histoires que le khon. Ce sont généralement des femmes qui dansent en groupe, sans représenter de personnages individuels.

Le Fawn est une forme de danse populaire accompagnée par la musique traditionnelle de la région, comme par exemple Fawn-Lep, la danse des ongles de Chiang Mai.

Le Likay est davantage varié que le lakhon ou le khon. Les histoires peuvent être originales et utiliser des chansons, de la comédie et des exagérations. Les costumes peuvent être traditionnels ou modernes, ou les deux. Le Likay est généralement présenté pendant les fêtes de village.

Musique thaïe

Les deux styles populaires en musique thaïe traditionnelle sont le Luk thung et le Mor lam.

Le Luk thung, ou country thaïe, est apparu au milieu du XXème siècle. Les plus célèbres chanteurs viennent de Suphanburi, dans le centre, comme c'est le cas de la superstar Pumpuang Duangjan, qui a été le premier à faire du luk thung électronique.

Le Mor lam est la musique populaire principale de l'Issan, le nord-est de la Thaïlande, où la population est d'origine lao. Le Mor lam a beaucoup de points communs avec le Luk thung, notamment l'intérêt porté à la vie des paysans modestes. Il se caractérise par des chants très rapides et des percussions funky. Le chanteur, aussi appelé Mor lam, est souvent accompagné par un khene (photo ci-contre).

Les années 70 ont vu l'avènement de chansons protestataires appelées pleng phua cheewit (chansons pour la vie). Le premier groupe de pleng phua cheewit s'appelait Caravan et ils étaient aux avant-postes du mouvement pro-démocratique. En 1976, l'armée et des paramilitaires réprimèrent sévèrement des manifestations étudiantes. Caravan et d'autres groupes et militants s'enfuirent vers les montagnes où ils continuèrent à jouer pour les fermiers locaux. En 1980, les pleng phua cheewit revinrent sur le devant de la scène grâce à l'amnistie accordée aux dissidents. Des groupes comme Carabao se hissèrent au sommet des ventes et incorporèrent des éléments nationalistes dans leurs paroles.

La pop prit le relais dans les années 90, et des stars comme Tata Young et Bird se firent connaître. Des rockeurs influencés par la pop britannique devinrent également populaires : Modern Dog, Loso, Crub, Proud. En 2006, les groupes de rock célèbres s'appelaient Clash, Big Ass, Bodyslam ou encore Silly Fools.

Le Roi Bhumibol est un musicien de jazz et un compositeur émérite. Il a joué avec des légendes du jazz comme Benny Goodman, Stan Getz, Lionel Hampton et Benny Carter.

Télévision et cinéma

Télévision

La télévision est de loin le média le plus populaire en Thaïlande. Il y a une télévision dans toutes les maisons, même les plus modestes, allumée en permanence ou presque. Des postes sont souvent allumés dans les magasins, les bureaux ou les administrations, même pendant les heures de travail.

Les chaînes de télévision restent sous le contrôle strict de diverses agences gouvernementales. Les plus gros acteurs de l'industrie télévisuelle thaïe sont MCOT, une ancienne entreprise publique appartenant encore à l'Etat à 77%, et l'armée royale thaïe, qui a gardé la propriété de nombreuses fréquences de diffusion même après la fin du régime militaire.

Les six chaînes de télévision terrestres sont :
- Channel 3, détenue par MCOT.
- Channel 5, détenue et dirigée par l'armée royale thaïe.
- Channel 7, détenue par l'armée royale thaïe.
- Channel 9, détenue et dirigée par MCOT.
- Channel 11, chaîne publique, détenue et dirigée par le ministère des Relations Publiques.
- TPBS (Thai Public Broadcasting Service), anciennement iTV, qui était détenue et dirigée par Shin Corporation, la compagnie de l'ancien Premier Ministre Thaksin Shinawatra. Mais sa licence a été annulée en 2007 et le ministère des Relations Publiques a pris la suite.

Les séries des chaînes 3 et 7 tiennent tout le pays (ou du moins sa population féminine) en émoi tous les soirs. La plupart sont des productions bon marché, mettant en scène un héros et une héroïne dans un scénario à la fin prévisible. Les acteurs surjouent, les filles sont volontiers boudeuses ou hystériques, tandis que les hommes sont, au choix, violents ou efféminés. Les effets spéciaux, lorsqu'il y en a, vous rappeleront Bioman, tandis que les scènes comiques sont ponctuées des mêmes effets sonores que dans les dessins animés (et boooiiiinng sur la tête). Néanmoins, certaines séries sont parfois plus originales que d'autres et se laissent regarder, et vous pourrez vous déculpabiliser en disant que c'est pour perfectionner votre thaï. Et lorsque vous serez parfaitement bilingie, pourquoi ne pas tenter votre chance à un casting ? Certains rôles sont joués par des Farangs. Mais ne vous attendez pas à jouer le héros, vous serez sans doute le méchant !

Hormis la télévision terrestre, il y a également plusieurs fournisseurs de câble et satellite en Thaïlande, le plus important étant UBC qui propose des chaînes comme la BBC, CNN, Cinemax, Discovery, Cartoon network et aussi la chaîne francophone TV5 monde.

Cinéma

Il existe des films thaïs dans chaque genre cinématographique produit par Hollywood : action, comédie, horreur, comédie musicale...

Pendant les années 70, la Thaïlande a vu exploser sa production locale suite à la décision du gouvernement d'imposer une lourde taxe sur les films importés (ce qui a conduit à un boycott de la Thaïlande par les studios hollywoodiens). Beaucoup de ces films étaient des films d'action de mauvaise qualité, mais des films plus sociaux ont aussi été réalisés, notamment par le prince Chatrichalerm Yukol, un réalisateur habitant aux Etats-Unis et membre de la famille royale. Son Khao Chue Karn (Dr Karn) évoquait la corruption des fonctionnaires thaïs et a failli être interdit par le régime militaire de Thanom. Chatrichalerm a également tourné Hotel Angel (Thep Thida Rong Raem), mettant en scène une jeune femme prise au piège de la prostitution. Il a continué à réaliser de nombreux films à fibre sociale pendant les années 90, jusqu'à sa grande fresque historique, The Legend of Suriyothai, en 2001.

Vichit Kounavudhi fut également un réalisateur prolixe. On lui doit des films d'action et des films plus sociaux comme First Wife, traitant de l'habitude des hommes de prendre une "mia noi", un euphémisme pour maîtresse. En 1985, Euthana Mukdasanit réalisa Pee Seua lae Dawkmai (Butterfly and Flower), qui met en relief les difficultés dans le sud de la Thaïlande. En 1997, la comédie policière de Pen-Ek, Fun Bar Karaoke, a été sélectionné au festival du film de Berlin, une première en 20 ans pour le cinéma thaï.

En 2002, Blissfully Yours, réalisé par Apichatpong Weerasethakul, remporta le prix "Un certain regard" au festival de Cannes. Présentant une scène de sexe entre un Birman et une Thaïe dans la jungle, il ne put être montré que dans quelques salles thaïes et le DVD fut censuré. Le film suivant d'Apitchatpong, Tropical Malady, montrant l'histoire d'amour homosexuelle entre un soldat et un jeune campagnard, reçut un prix à Cannes mais ne fut presque pas diffusé en Thaïlande.

Les films sont lourdement censurés en Thaïlande. Tous les films, VCD et DVD sont examinés par le bureau de la censure, comme le prévoit une loi sur les films de 1930, toujours en vigueur aujourd'hui.

Les films d'action restent le genre prédominant des productions thaïes. Ces dernières années, des films d'arts martiaux avec Tony Jaa comme Ong-Bak : Muay Thai Warrior et Tom Yum Goong ont connu un succès international. Les comédies sont également populaires. Quel que soit le style, action, horreur ou comédie dramatique, presque tous les films ont également recours à des ressorts comiques.

Les kathoeys (transexuels/travestis) ou les gays sont souvent utilisés comme éléments comiques ou comme méchants dans les films thaïs, mais ils sont aussi parfois les personnages principaux de l'histoire. Le film précurseur fut Iron Ladies, de Youngyooth Thongkonthun, basé sur l'histoire vraie d'une équipe de volley de kathoeys qui a gagné le championnat national en 1996. Jouant moins sur l'effet comique, Beautiful Boxers (2003) raconte l'histoire de la championne de muay thai transgenre Parinya Kiatbusaba (Nong Tum).

Quelques films ayant marqué le cinéma thaï depuis les années 70
- Monrak Luk thung (1970), une comédie musicale de luk thung très populaire. Elle est restée à l'affiche six mois.
- Butterfly and Flowers (1985), film d'Euthana Mukdasanit montrant la pauvreté le long de la frontière sud.
- Tears of the Black Tiger (2000), de Wisit Sasanatieng, le premier film thaï sélectionné à Cannes.
- The Legend of Suriyothai (2001), de Chatrichalerm Yukol, le plus gros budget pour un film produit en Thaïlande.
- Blissfully Yours (2002), d'Apichatpong Weerasethakul.
- Tropical Malady (2003), d'Apichatpong Weerasethakul.

Sports

Le sport national est bien entendu la boxe thaïe (muay thai). Les pratiquants de cet art martial utilisent leurs pieds et leurs poings, mais les tibias, les coudes et les genoux sont également sollicités.

Un autre sport largement pratiqué est le takraw. Cela ressemble au volley-ball, mais joué avec les pieds, et la balle est en rotin. Les Thaïs aiment aussi le football et le tennis, et sont excellents au badminton et à la pétanque.

Lorsque les Thaïs pratiquent un sport, ils le font généralement avec sérieux et atteignent vite un bon niveau. Leur secret ? Ils n'aiment pas perdre la face et jouent souvent pour de l'argent !


Takraw

Paradorn Srichaphan, premier joueur asiatique à s'être classé parmi les dix meilleurs mondiaux

La Princesse Siriwannawari Nariratana a representé la Thaïlande en badminton aux 23èmes Jeux du Sud-Est Asiatique aux Philippines

Boxe thaïe

Le relais 4x100m féminin



 
 
 
  Nous contacter - Conditions d'utilisation - Droits d'auteur - Politique de confidentialité