Participez à notre forumNous contacter par emailVersion thaieVersion anglaise




Onlychaam.com > Thaïlande > Apprendre le thaï

Thaïlande : informations générales

Présentation de la langue thaïe

Comme toutes les langues tonales, le thaï a une grammaire assez simple, mais la difficulté réside dans la prononciation. Le vocabulaire est assez facile à acquérir, car il y a beaucoup de mots monosyllabiques, mais il n'y a pas de système universel pour retranscrire les mots dans "notre" alphabet. Apprendre à lire et à écrire les caractères thaïs est donc recommandé, car une fois la difficulté passée, on est débarrassé des transcriptions approximatives.

Présentation du thaï

L'alphabet

Le thaï s'écrit horizontalement, de gauche à droite, sans séparation entre les mots d'une même phrase et sans signe de ponctuation. Il n'y a ni majuscules ni minuscules. Des signes diacritiques, autrement dit des accents, donnent une indication sur les tons employés.

Il y a 44 consonnes, dont deux sont obsolètes, et six ou sept très rares. Les consonnes sont divisées en trois classes (basses, moyennes et hautes) qui déterminent le ton de la voyelle.

Les voyelles peuvent être placées avant la consonne, après, ou bien encore au-dessus ou au-dessous. Mais chaque voyelle a toujours la même place, le "i" est par exemple au-dessus, le "ou" au-dessous, le "aïe" avant, etc. Quant aux diphtongues, elles peuvent être de part et d'autre car elles sont formées par une combinaison de voyelles.

Il n'y a pas de système unique permettant de retranscrire le thaï en alphabet latin. Il y a bien un système officiel, mais assez peu pratique à utiliser. Hormis les noms de lieux, qui sont relativement standardisés, chacun y va donc de sa propre oreille. Un anglophone transcrira "moon" ou "dee" quand un francophone écrira "moun" ou "di", et il est donc difficile de savoir à quel mot on a affaire. Quant aux transcriptions effectuées par les Thaïs eux-mêmes, elles sont souvent encore plus déroutantes. C'est l'une des raisons pour laquelle il est conseillé d'apprendre l'alphabet thaï.

Il existe en thaï une série de caractères pour noter les chiffres, mais dans la pratique quotidienne ce sont les chiffres arabes qui sont le plus utilisés. C'est assez drôle, cependant, de voir que les chiffres thaïs sont ressortis du placard lorsqu'il s'agit d'indiquer une double tarification dans certains lieux touristiques (parcs nationaux ou parcs d'attraction).

Les tons

Le thai est une langue tonale. Il y a 5 tons : neutre, bas, haut, montant et descendant. Le contexte, heureusement, aide beaucoup à se faire comprendre, mais les tons restent un passage obligé lorsqu'on apprend le thaï. Un ton mal placé peut suffire à entraver la compréhension, ou, pire, à créer un malentendu. La différence entre voyelles longues et voyelles courtes doit également être marquée.

Les tons sont déterminés par une combinaison de facteurs : classe de la consonne initiale, longueur de la voyelle, type de consonne finale (sonore ou sourde), et accent écrit le cas échéant.

La grammaire

La grammaire du thaï est très simple. L'ordre des mots est "SVO" (sujet, verbe, objet), le sujet pouvant être omis. Les verbes ne se conjuguent pas, les temps sont indiqués par un marqueur avant ou après le verbe ("j'ai mangé" : "kin leo" - manger + marqueur de l'action accomplie). La négation se construit en plaçant "mai" devant le verbe ("il n'y en a pas" : "mai mi" - négation + verbe avoir).

Il n'y a pas d'articles devant les noms, pas d'opposition masculin/féminin, et les noms ne changent pas de forme au pluriel. Le pluriel se construit avec des classificateurs, pour dire par exemple "quatre enfants", on dira "enfants quatre personnes".

La répétition d'un mot indique l'intensité ("boy" : souvent ; "boy boy" : très souvent).

Les pronoms personnels en thaï varient selon le sexe du locuteur, et le statut (âge, rang social) de l'interlocuteur. La plupart du temps le pronom "je" est omis, et on utilise son surnom pour parler de soi (Alain Delon va bien !), ou bien "Pi" si l'on est plus âgé que son interlocuteur. Un petit enfant pourra utiliser "nou" (petite souris) pour dire "je" en présence d'adultes. Le pronom "tu" a également beaucoup de variantes, et il faut les connaître et les maîtriser avant de les utiliser, pour éviter tout impair.

Il y a beaucoup de particules en thaï, ces petits mots que l'on place à la fin d'une phrase. Les deux plus courantes sont les particules de politesse "krap" (à utiliser si vous êtes un homme) et "kha" (si possible suave et allongé, si vous êtes une femme). Le "troisième sexe" utilise la particule correspondant à l'orientation sexuelle souhaitée, on entend donc parfois des "khhaaaaa" un peu rauques.

 

Bon courage si vous apprenez le thaï, et n'hésitez pas à poser vos questions dans notre forum.



 
 
 
  Nous contacter - Conditions d'utilisation - Droits d'auteur - Politique de confidentialité