Questions au sujet des visas

Ai-je besoin d’un visa pour me rendre en Thaïlande ?

Si vous avez un passeport français, canadien, belge ou suisse, vous pouvez rester en Thaïlande 30 jours, à condition d’arriver par avion (on ne vous délivrera qu’une autorisation de 15 jours à une frontière terrestre).

Que faire si mon séjour excède 30 jours ?

L’exemption de 30 jours peut être prolongée au bureau de l’Immigration, mais si vous savez à l’avance que votre séjour dépassera 30 jours, le plus simple est de demander un visa touriste à l’ambassade de Thaïlande de votre pays, préalablement à votre séjour. Vous bénéficierez ainsi d’une autorisation de séjour de 60 jours. Un visa touriste peut également vous être accordé dans un pays voisin de la Thaïlande, sous certaines conditions.

Comment faire pour prolonger la durée d’un visa touriste sans quitter le pays ?

Il est possible de faire prolonger son visa touriste en Thaïlande, au bureau de l’Immigration dont dépend votre lieu de séjour. Vous aurez au maximum une extension de 30 jours, qu’il sera encore possible de prolonger de 15 jours, puis finalement d’une semaine (la moitié à chaque fois). Au total, vous pouvez donc rester près de 4 mois en prolongeant un visa touriste simple entrée.

Combien de temps peut-on rester en Thaïlande en enchaînant des visas touriste ?

Si vous avez un visa touriste double-entrée, vous pouvez sortir du royaume et entrer à nouveau avant la fin de l’expiration de votre visa. On vous redonnera alors 60 jours, ce qui permet de doubler la durée totale du séjour. Le passage dans le pays voisin ne dure alors que quelques minutes, le temps d’accomplir les formalités nécessaires. Un nouveau visa touriste peut également être obtenu dans les pays voisins, par exemple au Laos, en Malaisie ou au Cambodge. Dans ce cas il faut compter au minimum deux jours, car le visa n’est pas délivré immédiatement. Auparavant, on pouvait résider en Thaïlande de manière permanente, simplement en enchaînant les visas touriste. Mais la législation s’est durcie ces dernières années, et de nouvelles lois et directives apparaissent régulièrement pour décourager les “touristes permanents”. Certains se voient refuser un nouveau visa, d’autres sont priés d’aller faire une demande dans un autre consulat, d’autres doivent justifier de la nature de leurs revenus, etc.

Si je n’ai pas de visa, puis-je simplement sortir et entrer à nouveau ?

Oui, on vous donnera alors 30 jours si vous arrivez par avion, ou 30 jours à une frontière terrestre si vous avez un passeport d’un pays du G7 (15 jours seulement sinon). Mais attention, le temps des “border runs” est désormais révolu, c’est-à-dire qu’on ne peut plus rester en Thaïlande de manière permanente en se contentant de sortir et re-rentrer du pays. En fait, seulement deux entrées par an sont autorisées sans visa à une frontière terrestre (la troisième fois, un visa sera exigé).

J’ai un visa touriste de deux mois, puis-je sortir de Thaïlande pendant cette période ?

Si vous avez un visa simple entrée, il vous faudra acheter un “re-entry permit”, sans quoi votre visa sera annulé. Si vous avez un multi-entrées, il n’y a pas de formalités à accomplir. Un “re-entry permit” peut être obtenu au bureau de l’Immigration dont dépend votre lieu de séjour, ou bien à l’aéroport mais avec une “taxe” supplémentaire.

Comment savoir exactement combien de temps je peux rester ?

Attention, il ne faut pas confondre la date avant laquelle vous devez utiliser votre visa (c’est sa date de péremption, vous devez entrer en Thaïlande avant cette date), et la date à laquelle votre autorisation de séjour, telle qu’elle a été tamponnée par le douanier, prend fin. Cette date est généralement précédée de “permitted of stay until” ou encore “extension of stay”. Il faut veiller à ne jamais la dépasser.

Que faire si je reste en Thaïlande au-delà de la date autorisée ?

Vous êtes en “overstay”, c’est-à-dire dans une situation illégale, et vous devrez payer une amende à l’aéroport. Pas de panique s’il ne s’agit que d’un jour ou deux, mais si la durée dépasse 90 jours, de nouvelles lois (en vigueur à compter depuis le 20 mars 2016) prévoient une interdiction de séjour dont la durée varie en fonction de la durée de l’overstay et aussi selon si l’étranger s’est lui-même rendu aux autorités ou s’il a été arrêté suite à un contrôle.

Comment faire pour rester en Thaïlande de manière permanente ?

Si vous avez plus de 50 ans, vous pouvez demander un visa retraité (nous l’appelons ainsi pour simplifier, c’est en fait un visa O ou OA que vous pouvez faire prolonger en arguant du fait que vous avez plus de 50 ans). Vous pouvez aussi demander un visa mariage si vous passez la bague au doigt d’un ou d’une Thaïe, ou un visa business (et un permis de travail) si vous avez un emploi en Thaïlande ou que vous y créez une société. Il n’y a pas beaucoup d’autres options, pour la simple et bonne raison que la Thaïlande ne souhaite pas voir trop d’étrangers s’installer sur son sol. Et même pour les trois cas évoqués (retraite, mariage, emploi), il vous faudra en plus justifier de ressources financières suffisantes pour obtenir une extension d’un an renouvelable sans quitter le pays, sans quoi vous devrez sortir du pays tous les trois mois.

Et si je suis jeune, célibataire et assez riche pour ne pas travailler ?

Eh bien, profitez de la Thaïlande en tant que touriste, mais attention, vous faites un parfait candidat au mariage !

Puis-je travailler avec un visa touriste ?

Non, il est interdit d’exercer une activité professionnelle avec un visa touriste. On entend par activité professionnelle toute sorte de travail, qu’il soit rémunéré ou pas, qu’il s’agisse d’un travail par Internet, ou pour une société étrangère, etc. Une activité bénévole pour une ONG est considéré comme une activité professionnelle, de même que jouer de la musique dans un bar. Si on vous propose un emploi, par exemple d’enseignant, assurez-vous que votre employeur est prêt à faire les démarches nécessaires pour vous obtenir un permis de travail. Travailler en Thaïlande de manière illégale est sévèrement sanctionné (vous risquez la prison, une amende et l’expulsion du territoire avec blacklistage à la clé).

Où trouver d’autres informations ?

Les règlementations changent vite en Thaïlande, et les procédures ainsi que les documents à fournir peuvent aussi varier d’une ambassade à une autre. Pour avoir des informations à jour, n’hésitez pas à parcourir les forums Internet (comme Thaivisa) où des gens font part de leurs expériences. Vous pouvez également vous adresser à des cabinets d’avocats spécialisés.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*